Église paroissiale San Juan Bautista



L’église, dédiée à saint Jean-Baptiste, a été érigée entre 1736 et 1776. Les travaux furent financés par les habitants d’Alcalà à travers un système de quotes-parts (dénommé « trentième » : pour 30 cruches de vin ou d’huile ou arrobes de blé, une part était destinée à payer la construction). La direction des travaux incomba aux architectes José Herrero et Joan Barceló.
Érigée selon un plan en croix latine, l’église comporte trois vaisseaux divisés en cinq travées. Son transept est recouvert d’une coupole à pendentifs, reposant sur un tambour à huit fenêtres, sans tour-lanterne.
La façade majestueuse alterne les lignes droites et les courbes. Surmontée de lanternes de pierre et couronnée par la statue de saint Miguel, elle est dotée de trois portails disposés de façon symétrique. Celui du milieu s’étend sur trois niveaux tandis que les portails latéraux n’en présente que deux.
La décoration intérieure consiste en des ornements baroques en stuc et des peintures aux motifs allégoriques et figuratifs sur la coupole. Le grand retable central a été réalisé en 1996 par le peintre Vicente Traver Calzada. Ayant pour thème la Décollation de saint Jean-Baptiste, il évoque l’intemporalité de la violence et du mal.

L’église abrite le musée paroissial, où sont exposés des peintures à l’huile, des panneaux et d’autres ornements et objets d’orfèvrerie, qui ont été conservés de façon précaire jusqu’à leur redécouverte.

Clocher



La construction du clocher débuta en 1784, dix-sept ans après la consécration de l’église, Il s’agit assurément du monument le plus remarquable de la localité. Conçu par Joan Barceló, il fut achevé en 1803 par Blas Teruel.
Adjacente à l’église, la tour du clocher se dresse à droite de celle-ci. De forme octogonale, elle est divisée en quatre blocs séparés par des cordons, terminés par un couronnement.
Une statue de saint Jean-Baptiste, en bois recouvert de plomb, orne son sommet. La porte, flanquée de pilastres doriques, est surmontée d’une niche qui abrite une statue de sainte Barbe.
Ce clocher élancé de 68 m de haut est l’un des plus imposants de la région de Valence. Il est entièrement fait de pierre calcaire blanche, sans marque ni signe laissé par les tailleurs de pierre. Un escalier en colimaçon mène à la loge des cloches.

La légende veut qu’il ait été érigé sur des sarments, dans le but d’éviter que des vents forts ne l’inclinent ou finissent par le faire tomber. De son sommet, on a une vue imprenable sur le bourg, la vallée et les monts environnants, les voies de communication historiques avec Alcalá et la Sierra de Irta.